WACKIES meets MILTON HENRY

Jamaique
Dub club arena

La musique de Wackies a un son distinctif. Il est grave et délibérément conçu pour avoir ce que certaines personnes appellent un son « lo-fi ». Wackies a atteint ce son en utilisant des techniques et des équipements d’enregistrement spéciaux. Cet équipement était si remarquable que certaines pièces ont désormais leur place au Musée Les Paul. Des artistes reggae jamaïcains populaires tels que Horace Andy, Sugar Minott, et Wayne Jarret sont apparus régulièrement sur le label.

Le rare Milton Henry n’est probablement pas le plus connu des chanteurs jamaïcains, mais certainement pas le moins talentueux, n’en déplaise à sa carrière discrète, entamée en Jamaïque et poursuivie aux Etats-Unis chez Bullwackie’s.


Découvert à l’âge de 12 ans par Carl « Mr Satisfaction » Dawkins, Milton Henry forme pendant un temps un duo avec Prince Alla, The Leaders, puis remplace Max Romeo, parti en solo, au sein du groupe The Emotions. En Jamaïque, il enregistre pour Lee Perry ou Bert Brown (Freedom Sounds) et même sous le nom de King Medious (This World) avant d’émigrer pour les USA en 1979. Il y fait la rencontre de Lloyd Bullwackie Barnes, dont le studio est un carrefour de la diaspora jamaïcaine. Très impliqué dans la vie du studio, il passera aussi derrière le micro, enregistrant le tant espéré premier album solo, « Who do you think I am? » (réédité en 2007) puis « Babylon Loot ».